lundi 26 octobre 2020

Carte Blanche doit fermer à cause de la fermeture des salles classées T

 

Patatras, en fin de matinée le couperet tombe : culturelle ou pas, notre exposition doit fermer parce qu'elle se déroule dans une salle classée T. Peu importe l'ivresse, c'est le flacon qui compte, et le flacon classé T, même en 5e catégorie, doit fermer selon le dernier arrêté préfectoral.

Merci à tous les photographes enthousiastes pour participer, choisir leur série, soigner leurs tirages et leur présentation, et tenir à tour de rôle les permanences de l'exposition. Nous nous étions tous engagés à faire respecter le protocole sanitaire, facile à appliquer dans cette si belle salle à l'impressionnante hauteur sous plafond, donc largement aérée.




Photos ©Virginie Burgos

Merci à tous ceux qui sont déjà venus, à tous ceux qui voulaient venir. Merci à tous ceux qui nous ont encouragés et qui ont laissé des mots particulièrement chaleureux dans le livre d'or, "Vous mettez de la vie dans notre belle cité, et bien sûr, continuez", ou "Merci pour ce dépaysement, surtout en ce moment"...

Merci à la mairie et au service culturel pour leur soutien. Nous allons tenter de proposer au Préfet un autre protocole sanitaire, et plaider le maintien de l'activité culturelle, indispensable en soi, et aussi soutien à l'animation et à l'activité de la cité. L'exposition reste en place jusqu'au 8 novembre, en espérant une décision plus favorable. 

En attendant vous pouvez la voir... à travers la vitre, et en avoir un aperçu à travers ces quelques photos prises par Nathalie Stickelbaut.

Quelques unes des séries sont visibles ici sur piwigo.

Prenez soin de vous et de vos proches.


Thierry Secretan, L'Empreinte du cachalot

Alain Vielle, Au Feu !

Solange Yriarte, Emotions ou antropomorphisme



Michèle de Souza, Ombre et lumière

Jean-Pierre Servel, Hauts de salins

Véronique Riethmuller, Guyane

Hervé Manse, Portugal

Dominique Baudequin


Bernard Billet, Sur les routes blanches de Toscane

Alberto Garcia, Hôtel Biarritz, Alcanar, Espagne

Philippe Blaise, Les juments de Lucien Kreninger / Récurrences

Nathalie Stickelbaut, Chercher la petite bête

Daniel Bellet, Portraits de rue en Inde

Bruno Lahousse, Reflets parfaits

Jean-Louis Baudequin

Isabelle Secretan, Question d'espoir (Grèce)

René Aujoulat



René Aujoulat



vendredi 23 octobre 2020

Carte Blanche à nos photographes, pour continuer à partager

Photo ©Alain Vielle

Encore plus que les années précédentes, nous sommes heureux de présenter cette Carte Blanche 2020, malgré les circonstances, malgré les restrictions. Nous sommes heureux de participer à l'animation de la ville, et de partager les séries photographiques qui nous touchent le plus.

Chacun des dix-huit photographes présents a eu carte blanche pour choisir ses sujets, construire sa série, en fixer le tirage et la présentation finale.  L'exposition reste le plus bel aboutissement pour présenter les images qui nous tiennent à coeur.

L'exposition est prévue jusqu'au 8 novembre. Nous ne savons pas si elle pourra aller jusque là mais elle est installée, elle est belle, et chaque jour est un jour gagné.

Les photographes :

Thierry Secretan, L’empreinte du cachalot 

Alain Vielle, Eau feu !

Solange Yriarte, Emotions

Michele De Souza, Ombre et lumière 

Jean-Pierre Servel, Hauts de Salins 

Veronique Riethmuller, Guyane

Herve Manse, Portugal

Dominique Baudequin

Bernard Billet, Sur Les Routes Blanches De Toscane

Rene Aujoulat

Isabelle Secretan, Question d’Espoir (Grèce)

Christian Cau

Jean-Louis Baudequin

Bruno Lahousse, Reflets parfaits

Daniel Bellet, Portraits de rue en Inde

Nathalie Stickelbaut, Chercher la petite bête

Philippe Blaise, Les Juments de Lucien Kreninger / Récurrences 

Alberto Garcia, Hôtel Biarritz, Alcanar, Espagne 


Chapelle des Capucins, Place Saint Louis, Aigues-Mortes.

Entrée libre de 10h30 à 13h et de 14h à 18h.


samedi 17 octobre 2020

Françoise Martin et Virginie Burgos, deux photographes avec le Collectif d'artistes d'Aigues-Mortes

 Jusqu'au 18 octobre 2020 six artistes dont deux photographes représentent le Collectif d'artistes d'Aigues-Mortes à la Chapelle des Capucins, Place Saint Louis.

Photo ©Virginie Burgos

L'exposition devait avoir lieu mi-août, mais les restrictions dues à l'épidémie ont obligé la Mairie à fermer la salle. Fin septembre la Préfecture a accepté la réouverture. Il a fallu en quelques jours reconstituer une équipe, imaginer une autre exposition pour ouvrir du 7 au 18 octobre, moins longtemps que prévu et à une période moins favorable, mais les artistes ont tenu à répondre présent.

Cela donne une exposition harmonieuse et poétique, qui s'ouvre sur les sculptures aux lignes claires de Sophie Soulas, artiste invitée, et sur les toiles abstraites au bleu saphir d'Ose, puis sur ses pochoirs sur métal. Les instants salés de Virginie Burgos font face à la mer toujours renouvelée de Mich@. Les  limpides séries de Françoise Martin laissent rêveur. L'écurie imaginaire de Jem est comme un trait d'union enchanté entre tous.

Virginie Burgos a intitulé sa série "Blue Song" : "Crète, Malte, Canaries, Afrique du Sud, Camargue, les paysages de cette série résonnent des turbulences de l’existence et évoquent une traversée vitale et lumineuse, parfois nostalgique, dans le vent et les embruns. Une balade qui se joue sur la mélodie bleue du rêve et des souvenirs heureux, un peu comme dans la chanson d’Yves Simon."

L'exposition se termine dimanche 18 octobre alors que s'organisent partout en France des rassemblements à la mémoire de Samuel Paty.

"L'Ecurie de JEM", "L'Estocador de Sophie Soulas, les pochoirs et les toiles d'Ose

"L'Ecurie" de JEM et les toiles de Mich@

Sculptures Sophie Soulas, Photos Françoise Martin

Série Blue Song, Virginie Burgos

Les séries de Françoise Martin









L'article sur le blog de Mariel Murigneux


mardi 30 juin 2020

Souvenirs d'un monde étrange, Thema 2020, l'exposition d'après confinement

 

Affiche ©RAM - Photo ©Alberto Garcia, 2020

L’exposition annuelle Thema 2020 était prévue au début du mois de juin. Nous avons insisté pour la maintenir malgré l’interruption de nos activités depuis mars dernier. C'est notre manière de nous retrouver, de  participer à la reprise des animations dans la ville, d'accompagner la réouverture des commerces, des bars et des restaurants. Nous avons soumis à la mairie un protocole sanitaire. L’exposition a été autorisée du jeudi au dimanche, du 18 au 21 juin , puis du 25 au 28 juin, de 11h à 17h, espace Nicolas Lasserre. 

Sous le titre « Souvenirs d’un monde étrange » l'exposition reprend des thèmes abordés dans l’année, lumières, lieux ou rencontres étranges, et aussi cette étrange période de confinement que nous venons de vivre. 

Elle ouvre sur la série de Philippe Blaise, prise au Grau du Roi le 10 mai, veille du déconfinement, sous la pluie. 

Elle se clôt sur quelques images de la série de Coronacity de Jean-Pierre Servel, Aigues-Mortes vide où le soleil accentue le graphisme des lignes.

Elle fait une large place à la série poétique et comme argentique d'Alberto Garcia, Brouillard sur Aigues-Mortes.

Dans l'alcôve et sur cintres, Virginie Burgos évoque le confinement à la fenêtre, vécu à Paris en famille.

Accrochés à des bambous, les oiseaux de Solange Yriarte profitent de leur liberté. 

Bruno Lahousse reprend en 4 images les thèmes de l'année, et termine sur un splendide flamant pris en high key.

Patrice Banq juxtapose les surprenantes vues de la Chine et de l'armée enterrée avec une rencontre à distance dans le brouillard de La Grande Motte.

Isabelle Secretan montre la mer de Crète battant les quais de La Canée où le soleil perce comme le souvenir du monde d'avant.

En attendant une prochaine exposition commune avec le Grupo Fotografico Musa de Cervia, en Italie, on peut voir aussi quelques unes des centaines de photos échangées à distance par instagram avec nos amis italiens. 


Philippe Blaise, Le Grau du Roi - 10 mai 2020

Isabelle Secretan, La source des arcs-en-ciel, Crète

Bruno Lahousse, Souvenirs d’un monde étrange

Patrice Banq, Si loin, si proche

Solange Yriarte, Etranges rencontres

Alberto Garcia, Brouillard sur Aigues-Mortes

Jean-Pierre Servel, Coronacity

Virginie Burgos, Confinement à la fenêtre

Instagram Cervia/Aigues-Mortes 3 mars-3 mai 2020


Mariel Murigneux, correspondante de Midi Libre, évoque l'exposition sur son blog 

Et sur Midi Libre 



vendredi 7 février 2020

Prochaine exposition, Aigues-Mortes, Archives du Présent, du 20 février au 8 mars 2020

Photo©Bernard Billet

AIGUES-MORTES, ARCHIVES DU PRÉSENT

par les photographes de Regards d’Aigues-Mortes

Chapelle des Capucins, Aigues-Mortes, du 20 février au 8 mars 2020



Ajuster le regard sur l’essentiel, rendre compte de l’immuable, du récent, du quotidien, transmettre l’émotion par le noir et blanc intemporel, voilà l’intention de l’exposition « Aigues-Mortes, Archives du présent ». 

Les photographes de « Regards d’Aigues-Mortes » s’inscrivent dans la lignée des photographes historiques, amateurs comme Boulary, Isnardon, Bouzanquet, professionnels comme Clarion, Espunya, Rancurel, Morello, missionnés par l’Etat comme Avignon, Reynier-Vigne, Mieusement, Estève, Deneux, Lefevre-Pontalis, anonymes des cartes postales, dont quelques images sont reproduites dans l’exposition. Ils proposent leur vision personnelle des lieux emblématiques et des trésors cachés, participent aux traditions, témoignent des mutations et de la permanence d’un art de vivre nourri par l’équilibre de l’architecture et de la nature.

Avec les photographes : Laurent Asencio, Jean-Louis Baudequin, Gudrun Bauer, Patrice Banq, Eric Beaumer, Bernard Billet, Philippe Blaise, Virginie Burgos, Christian Cau, Lucette Colin, Alberto Garcia, Bruno Lahousse, Hervé Manse, Françoise Martin, Françoise Pichon, Véronique Riethmuller, Isabelle Secretan, Jean-Pierre Servel, Michèle de Souza, Nathalie Stickelbaut.

« Regards d’Aigues-Mortes », association loi 1901, réunit depuis 10 ans des passionnés  par la photographie, la pratique, la création et le patrimoine, avec le soutien de la Mairie d’Aigues-Mortes. 


Entrée libre tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h
Vernissage vendredi 21 février à 18h30


Remerciements au Centre des Monuments Nationaux, Tours et Remparts d’Aigues-Mortes.
La photographie de l'affiche a été prise en juin 2019 par Bernard Billet : Le Centre des Monuments Nationaux a missionné en 2019 l’Atelier Vecteur, collectif d’architectes, pour la réalisation d’une installation éphémère dans la cour du Logis du Gouverneur. Dans ce cadre, un concours ouvert aux étudiants et jeunes diplômés en architecture a été organisé sur la place Anatole France. Le projet lauréat, STEAM SALT AND STONE, a été proposé par Lilian Candeias et Arthur Ripoche.

mercredi 30 octobre 2019

Carte Blanche 2019, 22 photographes présentent la série de leur choix

Photo de l'affiche ©Michèle de Souza


Du 25 octobre au 11 novembre 2019, 22 photographes ont carte blanche pour présenter comme ils le souhaitent la série de leur choix : Michèle de Souza, Maguy Lacombe, Christian Cau, Alain Vielle, Patrice Banq, Eric Beaumer, Françoise Rey, Daniel Bellet, Virginie Burgos, Isabelle Secretan, Hervé Manse, Bernard Billet, Alberto Garcia, Bruno Lahousse, Françoise Pichon, Maguy Lacombe, René Aujoulat, Serge Manse, Gudrun Bauer, Françoise Martin, Nathalie Stickelbaut, Véronique Riethmuller.


Entrée libre de 11h à 13h et de 14h à 18h, Chapelle des Capucins, place Saint Louis, Aigues-Mortes.

Les photos du vernissage par Nathalie Stickelbaut


L’exposition est organisée en partenariat avec le festival de courts-métrages Ecran Libre qui se tiendra du 8 au 10 novembre au cinéma d'Aigues-Mortes. 
Carte blanche, Ecran libre, la même volonté de mettre en valeur la créativité des auteurs, photographes et réalisateurs.


vendredi 17 mai 2019

Notre ami Rodolfo Almeida


Arles le 1er mai 2017
Notre ami Rodolfo Almeida nous a quittés. 
Notre tristesse est immense. 
Toutes nos pensées vont vers ses filles et son petit-fils, sa famille et ses amis.
Il s'émerveillait de tout. Attentif à la beauté et à la joie, il créait, interprétait et partageait, léger, grave, enthousiaste. 
Et nous restons émerveillés et déchirés, orphelins de sa gentillesse, de sa générosité, et de son sens de l'amitié. 

Méditerranée, mes arbres @Rodolfo Almeida, 2016

Au Jardin des Plantes de Montpellier, juin 2016

Nous nous sommes connus en avril 2011 à l'exposition "100 photographes pour l'eau, la nature et l'environnement" au CRDP de Montpellier. Nous étions éblouies par son diaporama Àrboles. Il a accepté de venir nous le montrer au club et depuis, sa petite voiture rouge prenait régulièrement le chemin d'Aigues-Mortes. Il a participé à toutes nos expositions, apportant sa créativité, son inventivité et sa sobriété.
Rodolfo Almeida photographe et architecte de diaporama 


Avec le club à la Marette, Maison du grand site de la Camargue gardoise, 14 juin 2017
Une photo de sa série Arbres sur l'affiche de notre première Carte Blanche, 2013

Rodolfo et le lavoir, affiche de Martine Camilleri pour la première édition de Thema, 2014


Mur blanc, pour l'affiche de Carte Blanche 2014, ©Rodolfo Almeida

Série Beautiful-1, pour Carte Blanche 2014 ©Rodolfo Almeida

Série Beautiful-2 pour Carte Blanche 2014 ©Rodolfo Almeida

Série Beautiful-3, pour Carte Blanche 2014 ©Rodolfo Almeida

Farinette aux Ganivelles-1, pour Thema 2015 ©Rodolfo Almeida

Farinette aux Ganivelles-2, pour Thema 2015 ©Rodolfo Almeida

Farinette aux Ganivelles-3, pour Thema 2015 ©Rodolfo Almeida
Vida (impression 3 photos sur bâche), Carte Blanche 2015, Rodolfo Almeida
Salines 4, série pour Thema 2016, Rodolfo Almeida

Eternel Retour, pour Carte Blanche 2016 ©Rodolfo Almeida

Saint Pol-1, série mon village pour Thema 2017 ©Rodolfo Almeida

Saint Pol-2, série mon village pour Thema 2017 ©Rodolfo Almeida

Saint Pol-3, série mon village pour Thema 2017 ©Rodolfo Almeida
Saint Pol-4, série mon village pour Thema 2017 ©Rodolfo Almeida

Rouge Passion pour série Rouge Noir, Carte Blanche 2017 ©Rodolfo Almeida

Série Rouge Noir, Carte Blanche 2017 ©Rodolfo Almeida

Nostalgie pour Carte Blanche 2018, Rodolfo Almeida

Quelques photos et diaporamas au fil de ce blog avec ces liens :

Il se disait citoyen du monde, parlait plusieurs langues et était chez lui au Mexique où il était né et retournait régulièrement, en France où il était arrivé en 1952, interne à Villard-de-Lans à l'âge de 16 ans, en Espagne bien sûr, à Venise, au Bhoutan, au Cambodge, partout. 

Très jeune il jouait du piano à quatre mains avec son frère. La musique était sa vie.

L'émotion de la beauté le submergeait, la joie de la couleur croustillait dans ses photos, tenues par la force des lignes, sublimant la musique. 


Sète, Pointe Courte, 2014, sur Angelini ©Rodolfo Almeida

Printemps, mai 2015, sur Albinoni ©Rodolfo Almeida


Architecte émérite au Mexique, il se spécialise dans les bâtiments scolaires, travaille à Lausanne, fait des recherches pour le CSTB, est consultant de l'école de Grenoble, directeur  du Centre régional de constructions scolaires pour l'Amérique latine et la Caraïbe à Mexico. Après une mission sur les établissements scolaires au Costa Rica, il entre en 1971 au service architecture du département Education de l'Unesco dans l'équipe de John Beynon, auquel il succèdera. L'équipe est ambitieuse, révolutionnaire. Elle pose les principes de planification des bâtiments scolaires  : il faut qu'ils soient adaptés à l'environnement et aux moyens de chaque collectivité, conçus pour contribuer à la qualité de l'apprentissage et à l'accès de tous à l'éducation. Elle est responsable de la coordination de tous les projets de construction et de mobilier scolaires de l'Unesco dans le monde. A partir de 1997 il est consultant pour l'Unesco, et en 2005, directeur Architecture pour l'éducation au CIPAE (Puebla).




Un schéma ou une image valent mieux qu'un long discours. Les dessins et les photographies de Rodolfo émaillent ses publications comme son Handbook for Educational Buildings Planning (1988), Distribution des locaux et espaces pour les écoles d'enseignement secondaire général (1983), ou Installations et bâtiments éducatifs, ce que les planificateurs doivent savoir (1997), sous la direction de John Beynon, ou  Mejoramiento de edificios escolares en México con participación social (2013), coordonné par Luis Benavides


Extrait de Handbook for Educational Buildings Planning, Rodolfo Almeida, 1988

Toujours volontaire, toujours enthousiaste, toujours allant, Rodolfo effectue des missions et construit des écoles aux quatre coins du monde, y compris dans les conditions les plus difficiles, à Madagascar après le cyclone de 1984, Haïti, en Bosnie dans les trois secteurs pendant et après la guerre, à Gaza et dans les territoires palestiniens.

"Les écoles ne sont pas seulement des bâtiments mais de l'espace et ce qu'on peut en faire. L'espace architectural doit être en harmonie avec les méthodes et technologies modernes d'enseignement, et il doit contribuer à améliorer l'interaction entre les professeurs et les élèves." (Rodolfo Almeida, dans "A new lease of life for palestinian schools")

Grâce à lui l'Unesco dépose au CIPAE de Puebla toute sa documentation sur les espaces éducatifs pour qu'elle soit accessible à tous et numérisée.  La bibliothèque porte son nom.


Devant la bibliothèque du CIPAE, Puebla, janvier 2012

Rêveur, il était toujours attentif au présent, à ses interlocuteurs, à l'émerveillement du moment, au prochain voyage, toujours allant


Autoportrait, Granada, juillet 2015 ©Rodolfo Almeida


Théâtres, Aigues-Mortes, octobre 2017 @Rodolfo Almeida


Horses, Aigues-Mortes, octobre 2017 @Rodolfo Almeida

Maguelone, juin 2016 @Rodolfo Almeida


Moi, musique Eric Satie, 15 mai 2011 @Rodolfo Almeida


La vita, Caramella, 25 juin 2014 @Rodolfo Almeida







Série Barques catalanes, janvier 2019 ©Rodolfo Almeida





Autres photos ©Regards d'Aigues Mortes